Témoignage Yves Boncour, conseiller Rivalis dans ENTREPRENDRE : “Les conseillers sont devenus des médecins d’entreprises”

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Le groupe Rivalis recrute d’anciens chefs d’entreprise et cadres dirigeants, spécialisés dans la gestion ou le commercial. La diversité des parcours professionnels est l’un des points forts du réseau, chacun l’enrichissant de son expérience. Yves Boncour est l’un d’entre eux.

Après avoir travaillé vingt ans dans al gestion commerciale au sein de grands groupes agroalimentaires, il a été remercié à quarante-deux ans, en raison de son âge. Il s’est d’abord lancé dans la franchise de fleurs… avant d’intégrer Rivalis. Son constat : rien ne répond aux demandes croissantes de conseils en gestion des TPE… à l’exception de Rivalis, qu’il rejoint en 2005.

Ses prestations : diagnostic de l’entreprise, paramétrage de l’outil Rivalis en concordance avec son évaluation, établissement d’un budget prévisionnel. Il assiste ensuite le chef d’entreprise dans al gestion de son exploitation, l’accompagne dans son développement, jouant les rôles de garde-fou et de conseiller. L’homme attache une grande importance à la qualité des relations qu’il instaure avec dirigeants de TPE. “Il est important de créer une relation de confiance. Lorsqu’un conseiller Rivalis est reconnu comme une personne de confiance, un référent, quelqu’un à qui l’on peut poser toutes les questions, il se doit d’être honnête et sans parti pris : il faut savoir pointer du doigt ce qui fait mal… Enfin, donner au chef d’entreprise une vision exacte lui permet d’avoir confiance en l’avenir“.

De cette confiance découle le besoin d’embaucher. “La recherche d’employé qualifié étant plus forte que la demande, il y a souvent, dans les TPE, un turnover important. Cette recherche passe aussi par la formation d’apprentis, un travail sur le long terme, même si rien de certifie à l’employeur qu’il conservera l’apprenti en fin de formation. une chose est sûre, si les TPE bénéficiaient d’un meilleur accompagnement, elles auraient également besoin d’une politique de formation de leurs salariés différente car inscrite dans un process global“, souligne Yves Boncour, pointant du doigt un réel besoin des TPE.

En 2010, 400.000 jeunes ont adopté l’alternance comme mode de formation s’inscrivant dans l’objectif ambitieux clairement annoncé par le gouvernement de compter 1 jeune sur 5 en alternance, soit 800.000 jeunes à l’horizon 2015.

De belles perspectives pour l’emploi.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »